Ecrire pour le Web : être lu ..

PRINCIPES

Ecrire pour le web est différent de l’écriture d’un article ou d’un livre car, comparativement à la lecture papier :

  •  Nous lisons 25 % plus lentement à l’écran ;
  •  79 % d’entre nous balaient les textes (Nous “scannons”, nous lisons en diagonale). Seuls 16% des “lecteurs Web” lisent mot à mot tout le contenu ;
  •  La majorité des internautes n’utilisent pas l’ascenseur vertical, il faut donc opter pour des pages courtes et un positionnement des informations importantes en haut de la page.

Ecrire pour le Web

Pour être lu, il vous faut être bref, explicite, informatif. L’idée force est de rédiger seulement ce qui est nécessaire. Ainsi, pour écrire pour le web, le rédacteur doit :

  •  Être clair : C’est le lecteur qui est à même de dire si le texte édité est clair ou non et non pas le rédacteur -> se faire relire autant que possible.
  •  Écrire court : un texte en ligne contient moins de mots qu’un texte imprimé. Le plus souvent, un quart voire un dixième de la longueur d’un texte !

 

QUELQUES RECOMMANDATIONS

Le titre

  • Court : Entre 4 et 10 mots. Idéalement, le titre devrait tenir sur une seule ligne.
  • Explicite : vocabulaire adapté au public visé, décrivant le mieux possible le contenu de l’article. Sans acronyme, sigle ou idiomatisme.
  • Accrocheur : qui donne envie de lire la suite. Informatif plutôt qu’incitatif (Pas d’effets rhétoriques : jeux de mots, ponctuation exclamative, langage promotionnel). Une phrase avec un verbe rend souvent un titre plus dynamique.
  • Contenant des mots clés : Les moteurs de recherche tiennent compte du contenu des titres pour indexer les pages web. De plus, l’internaute utilise souvent ceux-ci comme références pour titrer ses signets.

Les chapos, les introductions

  • Court
  • Résumant l’essentiel de l’information
  • Pour vous aider à résumer l’info, on doit pouvoir répondre aux 5 questions de base que se pose le lecteur : Qui est concerné ? Quelle est la nouvelle ? De quoi est-il question ? Quand cela s’est-il produit ou quand cela va-t-il se produire ? Où ? Pourquoi ?

Le contenu des articles

  • Découpez l’information en plusieurs paragraphes en hiérarchisant le contenu du + important au – important (en pyramide inversé)
  • Limitez-vous à une seule idée par paragraphe, qui apparaîtra dans la première phrase du paragraphe.
  • Utilisez, si nécessaire, plusieurs blocs d’informations. Déportez l’information complémentaire spécialisée dans des encadrés spécialisés (chiffres clés, interviews, etc.).
  • Utilisez des intertitres, surtout dans les textes longs (plus de 2 000 caractères).
  • Limitez la longueur de la page : entre 500 et 4 000 caractères si possible. Si vos propos nécessitent plus de longueur, découper le contenu sous forme de mini dossier.
  • Utilisez des phrases courtes (15-20 mots en moyenne), au vocabulaire et au style simple, concret, direct, et concis.
  • Entre deux expressions équivalentes, choisissez toujours la plus courte
  • Utilisez la voix active plutôt que passive
  • Utilisez le présent
  • Remplacez les subordonnées relatives par deux phrases.
  • Évitez les sigles, abréviations ou acronymes à moins de les avoir explicités dès le début du texte.
  • Évitez les incises, les phrases entre parenthèses, le point-virgule ou les deux-points
  • Évitez le jargon (juridique, administratif, commercial, etc.).
  • Adaptez le ton au public ciblé et maintenez un ton cohérent.
  • Pas de fautes d’orthographe

La mise en forme

  • Le style italique est moins lisible que le style «normal», on l’utilisera donc avec parcimonie ;
  • Le style gras peut aider faciliter le repérage des informations importantes mais sans en abuser ;
  • Utilisez les listes à puces ou à numéro pour donner du relief à la page ;
  • Les mots écrits en lettres minuscules sont plus faciles à lire que ceux écrits en lettres CAPITALES ;
  • Le soulignement doit être évité pour ne pas créer de confusion avec des liens ;
  • Un texte justifié à gauche se lit plus facilement
  • Passer fréquemment à la ligne

Les hyperliens

  • Limitez le nombre de liens dans le corps du texte (7 liens maxi par article !)
  • Proposer des liens internes ET externes
  • Regroupez les liens en marge ou au bas des articles plutôt que de les intégrer dans le corps même du texte.
  • Rédigez des hyperliens explicites, donnant une idée précise de vers quoi ils mènent.
  • Évitez les liens du genre “cliquez ici”
  • Les liens ne doivent être ni trop courts (ce qui les rend peu visibles ou peu explicites) ni trop longs. N’hésitez pas à placer le lien sur plusieurs mots, mais jamais sur un paragraphe entier.
  • Évitez les liens redondants, qui donnent accès au même contenu.

Les images

  • Associez des visuels à un texte aide à renforcer son contenu, améliore sa compréhension, augmente son attrait.
ecrire pour le web

ecrire pour le web

 
ecrire pour le web

ecrire pour le web

QUELQUES CHIFFRES

  • 25% : C’est le temps de lecture supplémentaire qu’il faut pour lire à l’écran par rapport au papier
  • 50% : C’est la longueur en moins que doit avoir un écrit web par rapport à un écrit papier
  • 12 à 20 : C’est le nombre de mots que doit contenir une phrase, l’idéal étant entre 12 et 15
  • 1 : C’est le nombre d’idées ou d’informations que doit contenir une phrase
  • 1200 : C’est le nombre de signes (espaces compris) qui correspond sur le web à la règle des 1500 caractères en presse écrite pour la longueur standard d’un texte
  • 800 : Au-delà de ce nombre de caractères on peut considérer que le texte est long et qu’il a besoin d’un chapeau d’introduction.
  • 300 : C’est le nombre maximum de signes d’un chapeau d’article
  • 150 : C’est le nombre de signes qu’une accroche d’article ne doit pas dépasser

 

Publié dans Uncategorized Tagués avec : , , ,